Nous votons le changement. Et vous ?

Après quatre années de paralysie politique, nous nous engageons pour un renouveau. Pour des décisions courageuses et des réformes d’avenir. Pour une politique constructive, au-delà des clivages partisans. Pour des valeurs et des projets plutôt que pour des dogmes. Pour des personnes plutôt que pour des partis. Aujourd’hui, nous votons pour un changement de cap. Et vous?

En octobre, nous aurons un choix à faire: prendre notre destin en main ou perdre quatre autres années. Les élections fédérales seront décisives. Un référendum pour la Suisse de demain, pour le progrès plutôt que le statu quo.

Nous nous engageons pour une Suisse des opportunités, qui protège les libertés de toutes et tous. Pour une Suisse au sein de laquelle le changement et l’innovation sont perçus comme une chance plutôt que comme une menace. Pour une Suisse consciente que son succès s’explique par son ouverture et qui coopère avec ses voisins européens. Pour une Suisse qui reconnaît l'immigration comme une source de richesse. Nous nous engageons pour une Suisse durable, progressiste, moderne, innovante et connectée au monde.

Les défis de notre époque ne peuvent être relevés que si nous coopérons avec d'autres pays. Cela n’est nulle part plus vrai que dans l’action face à l’urgence climatique. Nous voulons une Suisse qui relève les défis sans craintes et avec innovation. Une Suisse qui défend les droits fondamentaux de ses citoyennes et citoyens, y compris dans le domaine du numérique. Une Suisse qui défend et renforce la démocratie libérale. Une Suisse qui défend les libertés individuelles et l'égalité des chances indépendamment des modes de vie et du genre. Une Suisse qui garantit durablement l'avenir des générations futures. Une Suisse fondée sur la volonté et qui offre rapidement à celles et ceux qui veulent en faire partie la chance de la rejoindre. Une Suisse au sein de laquelle seul l'engagement compte, et non l'origine. 

La Suisse a besoin de mouvement. L'immobilisme est pourtant trop souvent la règle.

La législature qui s’achève est une législature perdue. Des majorités de blocage ont trop souvent paralysé nos institutions. La polarisation croissante nuit à la culture suisse du compromis. Les visions progressistes et les solutions constructives se font rares. Les réformes échouent.

Nous nous engageons en faveur d’un changement de cap. Nous choisissons le renouveau. 

Nous nous engageons à promouvoir une nouvelle culture du compromis. A mobiliser les forces progressistes des différents partis pour former de nouvelles majorités autour de réformes ambitieuses. A tisser une nouvelle alliance transpartisane pour construire la Suisse de demain.

L’avenir est entre nos mains. L’élection de nouvelles voix progressistes au Parlement permettra de le concrétiser. Faisons-le ensemble.

Count progress
28%
2 818 personnes votent le changement.
Objectif: 10 000 voix pour le changement.

Signez le manifeste :
optionnel
optionnel
optionnel

J’accepte d’être informé par Opération Libero. Tu peux te désabonner à tout moment.

Est-ce que tu es sûr·e? En choisissant "Non", tu ne sauras pas si cette campagne a été un succès, ou si nous devons nous impliquer davantage pour la gagner. En choisissant "Oui", nous t’informerons sur cette campagne et d’autres urgentes. Tu peux te désabonner à tout moment.

Tes données sont transmises de manière sécurisée et cryptée. Pour plus d'informations sur la sécurité des données, voir ici.


Votons le changement.

Notre équipe vaudoise s’engage pour une Suisse progressiste. Ces candidates et candidats issus de trois partis défendent une même vision de la politique et l’idée de base de notre campagne: la capacité à agir au-delà des clivages partisans en faveur d’un changement de cap.

Florence Bettschart-Narbel
Liste 17, PLR

Axel Marion
Liste 18, PDC

Vie familiale. Vie professionnelle. Vie politique. C’est mon lot quotidien que je tente de gérer au mieux depuis 2011, année où j’ai été élue au Conseil communal de Lausanne, puis en 2017 au Grand Conseil vaudois. Avant de faire de la politique, j’en faisais déjà de manière indirecte, ayant étudié le droit aux Universités de Lausanne et de Bâle, puis en le pratiquant comme avocate à Genève. Les tribulations de la vie m’ont ensuite menée pour une année à New York, avant de revenir m’établir avec mon mari et mes deux enfants à Lausanne, où j’ai travaillé comme Responsable politique & Droit à la Fédération romande des consommateurs pendant 10 ans. Depuis le début de cette année, j’ai ouvert un bureau de conseils juridiques et stratégiques, Comity Sàrl.

En œuvrant à la défense des consommateurs pendant de nombreuses années, j’ai participé de manière active à la politique fédérale, notamment en faisant partie de groupes de travail sur la révision de la loi sur le droit d’auteur ou de celle sur la protection des données. Cela me permet de connaître déjà très bien les processus qui guident les décisions prises par notre parlement. En étant au Conseil national, je pourrai directement influer dans le débat en faisant des propositions réalistes, constructives et pragmatiques pour le bien de toutes et tous, en défendant mes convictions libérales et progressistes. 

Étant membre de la Commission de la concurrence comme représentante des consommateurs, je sais à quel point la concurrence est nécessaire au bon fonctionnement de notre économie. Ce n’est qu’en garantissant celle-ci que les marchés seront ouverts et permettront à notre économie de prospérer et de se diversifier, notamment dans le domaine numérique. C’est aussi ce qui permet à de nouvelles entreprises d’être fondées, créant ainsi de nouveaux emplois dans notre pays.

Florence Bettschart-Narbel

En Suisse, notre société est diverse et variée : hommes et femmes, jeunes et seniors, urbains et ruraux, LGBT, salariés et indépendants, suisses et étrangers. Chacun doit pouvoir vivre librement, avec ses valeurs et en respectant la cohésion qui a fondé notre pays. En politique, cela peut être mis en oeuvre sans opposition stérile, qui nuit au débat. Nous devons pouvoir discuter sans œillères de politique climatique, de notre relation avec l’Union européenne, de la numérisation de la société. Votons le changement participe à cela en proposant des débats constructifs visant à œuvrer ensemble pour une Suisse moderne.

Actif en politique depuis une quinzaine d’année, j’ai été Conseiller communal à Lausanne de 2007 à 2011, puis à nouveau depuis 2016. Je suis également député au Grand Conseil vaudois depuis 2012 et ai présidé le PDC vaudois de 2012 à 2017. Historien et politologue de formation, je suis titulaire d’un doctorat en relations internationales. Je dirige actuellement le département politique de la Conférence des recteurs des hautes écoles suisses (swissuniversities). Marié, je suis père d’une petite fille et j’attends un deuxième enfant en septembre.

Axel Marion

Profondément centriste, j’essaie toujours de permettre aux meilleures idées d’être mises en œuvre, qu’elles viennent de mon camp politique, de la gauche ou de la droite. Passionné de politique étrangère et travaillant déjà à Berne, il était naturel pour moi de me porter candidat aux élections fédérales. Même si les communes et les cantons gardent à juste titre un rôle majeur en Suisse, c’est surtout au Palais fédéral que les grands dossiers d’importance pour le pays sont discutés.

Je plaide pour le maintien de l’ouverture du pays et le développement de relations fortes avec l’UE, partenaire clé non seulement sur le plan économique mais aussi politique. En ce sens, je m’engage activement en faveur de la signature de l’accord institutionnel. Je pense aussi que la Suisse doit poursuivre sa modernisation et ses investissements dans le domaine de la formation, de l’entrepreneuriat et des nouvelles technologies. Parallèlement, nous devons garantir des chances égales à toute la population (lutte contre la paupérisation, promotion des femmes) et accélérer la transition énergétique et environnementale.

Opération Libero est devenu en peu d’années un acteur politique majeur, capable de mobiliser la population et notamment les jeunes pour des causes importantes comme l’ouverture du pays. Leur proposition de mener une campagne transpartisane m’a tout de suite plu, en tant que politicien centriste fan des compromis intelligents. C’est un privilège de vivre cette aventure, en cohérence avec mon engagement au sein du PDC pour une Suisse ouverte et moderne.

 

Damit es mehr fortschrittliche Kandidatinnen und Kandidaten am 20. Oktober bis ins Bundeshaus schaffen, reichen wenige Tausende Panaschier- und Kumulierstimmen zusätzlich zu den Listenstimmen.

Deshalb wollen wir Flyer mit Portraits, einer Wahl-Anleitung und unseren Inhalten unter die Wählerinnen und Wähler bringen. Du kannst sie kostenlos bestellen.

  1. Découvrez les candidat·es de Votons le changement dans votre canton

  2. Prenez le bulletin vierge dans votre matériel de vote

  3. Inscrivez le numéro de votre liste favorite en haut du bulletin

  4. Inscrivez deux fois le nom de chacun des candidat·es qui vous convainquent

  5. Votez d’ici au 20 octobre

Folgende weitere Kandidierende setzen sich für die gemeinsamen Zielvorstellungen der Wandelwahl für das Chancenland ein – überparteilich und kompromissbereit. Wir unterstützen die sieben Inhalte für den Wandel, auch wenn wir uns vielleicht im Einzelnen nicht immer ganz einig sein werden.